Gastronomie

Spécialités lotoises et ses marchés


  • Cabécou de Rocamadour (AOP):

Il est petit, tout rond, tout doux et les bergers du Causse le fabriquaient déjà au XVe siècle. Les pèlerins en route vers Saint-Jacques l’emportaient dans leur besace. On l’appelait alors « cabécou » (de cabec, la « chèvre » en patois). Il a sa fête tous les dimanches de Pentecôte, à Rocamadour bien sûr ! Il peut se déguster frais ou plus sec, ou encore sur du pain grillé accompagné d’une salade, une cuillère de miel et quelques herbes développeront encore davantage son arôme.


  • Châtaignes :

Base alimentaire dans la région bien avant que n’apparaisse la pomme de terre, la châtaigne a, depuis cent ans, conquis ses lettres de noblesse culinaire. Facile à cuisiner, elle se consomme bouillie, étuvée, braisée ou grillée; elle accompagne à merveille viandes blanches et gibiers, entre dans la composition de nombreuses farces et fournit de délicieuses confitures. Le Lot produit environ 400 tonnes de châtaignes par an, principalement dans le Ségala et la Bouriane.


  • Melon du Quercy :

Gorgé de sucre et de soleil, c’est en été que le melon du Quercy offre sa tendre chair fraîche et parfumée. Voici quelques critères pour bien le choisir : couleur légèrement dorée, côtes encore visibles, forme régulière, fruit lourd et bien rempli avec pédoncule présent. Les melons ornés d’une sorte de broderie irrégulière sont souvent excellents. Servi nature, il peut être relevé d’une crème à l’huile de noix, rempli de fruits rouges ou de muscat, en sorbet, en accompagnement d’aiguillettes de canard ou de jambon cru, saupoudrées de fleur de sel et de basilic. Ou encore un filet d’huile d’olive, quelques morceaux de gorgonzola, servir frais à l’ombre d’un grand arbre…  N’oubliez pas, la fête du melon, c’est autour du 15 août à Belfort-du-Quercy !


  • Noix (AOP):

Riche en magnésium, en phosphore, en potassium, pur cocktail de vitamines, la noix contribue à lutter contre le cholestérol, le stress, le vieillissement… Elle apparaît sur les marchés dès la mi-septembre, fraîche pour quelques semaines seulement.


  • Croustilot :

Fabriqué à partir de blé de deux meuniers du Lot, naturel et garanti sans additifs, ce délicieux pain renoue avec les saveurs d’autrefois, tout en associant céréaliers, meuniers et artisans-boulangers d’aujourd’hui. Mie moelleuse, croûte… croustillante, conservation exceptionnelle, ce pain se marie admirablement avec fromage, foie gras, fritons. Présent aussi à la table des restaurateurs, sur les marchés et dans Les Halles couvertes du cœur historique de Cahors, il est la fierté d’un savoir-faire local ; ce pain est promu par la Confrérie du Pain du Lot. Adresses de vente et de dégustation sur www.croustilot.com


  • Safran :

Dans le Lot, sa terre d’élection depuis le XIe siècle, on l’appelle l’or rouge. Il vaut d’ailleurs presque aussi cher que le précieux métal : autour de 30 000 E le kilo. Mais pas besoin d’en utiliser autant : 0,1 g suffit à parfumer un plat pour 4 personnes. La plante se récolte aux environs du 15 octobre, surtout dans les cantons de Limogne et Cajarc. Les producteurs locaux s’en sont déjà emparé pour safraner de nombreux produits, comme la tomme de brebis, le miel, le pain d’épices, du sirop et de la liqueur, sans oublier le foie gras. Bon à savoir : le safran est un antidépresseur efficace !


  • Pescajoun :

Grosse crêpe épaisse cuite en une seule fois, servie tiède ou froide avec du sucre ou de la confiture. Cette épaisse galette est cuite comme une omelette. Certaines recettes y ajoutent de l’eau-de-vie, alcool typique du Quercy.


  • Le vin de Cahors :

Il est l’un des plus anciens d’Europe. On situe sa naissance 50 ans avant Jésus-Christ. En France, on l’appelle le vin noir, en Angleterre le Black Wine. Il devient le nectar des rois et des reines, et même des papes à partir du Cadurcien Jean XXII. Les grandes années du cahors sont 1985, 1989, 1990, 1995, 2000, 2002, 2005, 2009 et 2011. Les meilleurs cahors peuvent se conserver plus de quinze ans en cave, mais atteignent leur apogée au bout de huit ans.


Les Lotois vivent au rythme des saisons grâce aux étals généreux présents sur les marchés locaux :

  • L’incontournable marché bi-hebdomadaire de Cahors (mercredi et samedi), sur la place de la cathédrale Saint-Etienne,
  • Gourdon et Figeac accueillent leur marché chaque samedi matin.
  • La foire aux cerises à Molières
  • La foire aux melons à Peyrilles….